Terre-de-Haut en quelques mots.

Les Saintes / Découvrir / Terre-de-Haut en quelques mots

L’archipel des Saintes, situé au sud-sud-est de la Guadeloupe, (15° 51′ 40″ N 61° 36′ 35″ O ) à 12 kilomètres de la Basse Terre doit son nom à Christophe Colomb, qui un jour de Toussaint 1493, a posé le pied à terre.

Ce n’est que le 18 octobre 1648, que les Saintes, que l’on surnommera pour cette raison le «Gibraltar des Antilles» deviennent une possession française, après avoir fait l’objet de nombreuses batailles de colonisation entre les deux principales puissances navales de l’époque, la France et l’Angleterre.

La plus célèbre eu lieu le 12 avril 1782, vers la fin de la guerre d’indépendance des États-Unis et entre dans l’histoire sous le nom de « bataille des Saintes ». Les vestiges de ce passé militaire sont encore visibles et font partie du patrimoine culturel de l’archipel.

Aujourd’hui, les Saintes constituent une dépendance administrative du département français d’outre-mer de la Guadeloupe composées de deux îles habitées, Terre de Haut (1800 hab.) et Terre de Bas (1200 hab) auxquelles s’ajouter des îlets sauvages et protégés.

Terre de Haut, qui vous propose la découverte de ce site web, est l’île la plus orientale de l’archipel. Elle tient son nom de la dénomination maritime qui désignait « d’île haute » les îles au vent et « de basse » les îles sous le vent. Elle est dominée au nord par le morne Mire avec 107 mètres d’altitude et le morne Morel avec 136 mètres d’altitude et au sud par le morne du Chameau, point culminant avec 309 mètres d’altitude.

De par leur localisation dans l’archipel des Îles du vent (windward islands ou petites Antilles), ce territoire bénéficie d’un climat tropical tempéré par les alizés.

La population de Herre de Haut, dont l’économie, après avoir été fortement orientée vers la mer, puis, de nos jours, sur le tourisme, a développé une culture riche de par ses origines européennes (normandes, bretonnes, vendéennes, alsaciennes) et créoles qui s’intègre dans l’identité franco-caribéenne. La notoriété des pêcheurs est reconnue dans toutes les Antilles et l’embarcation traditionnelle à voile ou à rames, puis le canot de pêche Saintois navigue dans toute la mer des Caraïbes.

Longtemps isolées, les Saintes sont devenues un lieu touristique d’envergure aux Antilles. La baie de Terre de Haut – inscrite depuis 1997 au club des plus belles baies au monde, association reconnue par l’Unesco – est un site dont la notoriété lui assure une très forte fréquentation.

Le tourisme, à Terre de Haut, c’est, chaque année, plusieurs milliers de voiliers et plus d’une centaine de navires de croisière en escale, des dizaines de milliers en séjour et en excursion.

Malgré son succès, Terre de Haut a su préserver l’essentiel.

Ses paysages (avec 90% de sa surface, 5,22 Km²) classés et protégés, un Plan d’Urbanisme contraignant, qui respecte l’unité architecturale créole et un regard tourné vers le tourisme durable, l’alliance de l’économie touristique et du développement durable. Terre de Haut pratique le tri sélectif et le recyclage depuis 10 ans !

Oubliez les clichés des guides de tourisme des années 80. Si le scooter demeure, compte tenu de l’exiguïté de l’île, un moyen de transport tant pour les résidents que pour les touristes, leur nombre a drastiquement été limité. Et vous serez sans doute étonnés de croiser chaque jour des écoliers se rendant en classe en trottinette électrique voire en skate électrique ! Les véhicules propres (voiturettes, vélos à assistance électrique) commencent à dominer le marché pour la satisfaction de tous.

Retour en haut

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer